La Maison

Dessins des plans de la maison et de la propriété.


Définition des mesures de la maison. Maquette en papier de l’extérieur de la maison avec ses fenêtres.


Écriture du premier paragraphe. Histoire de la maison. Comment elle s'est construite au fil de ses occupants.


Étoffement du premier paragraphe. Passé, description d'une maison en mouvement. Une bignone court en partie sur les murs. Nouveau dessin de la maison.


Description de la porte d'entrée. Elle est neuve, c'est un rempart. Elle a un œil qui voit tout.


C'est par l’œil de la porte que l'on sait qui arrive, qui s’apprête à éclabousser sa présence, comme un grand bruit, puis repartir, laissant l’intérieur vide.


La vieille personne s'appelle Éliette. Recherches sur les AVC.


Éliette a beaucoup jardiné. Ses enfants ne veulent pas la voir diminuée. Ils ne veulent pas voir la maison changer, c'est l'expression de leurs angoisses face au changement de leur mère. Déterminer l'age des personnages.


Dessins maisons


Dessin porte


Transition dans la narration. Le temps ralentit. Mention des personnages pour la première fois dans le roman. Fin du dessin de la porte.


Éliette aime son jardin. Elle trouve toujours un peu de temps pour s'en occuper, et il n'a jamais été aussi beau que depuis qu'elle est à la retraite. Un après-midi d'automne, elle invite sa famille à prendre le goûter, et fait un AVC, puis elle devient la vieille personne.


Création des portraits. Éliette, l'étrangère, l'homme, la femme, la maison, la porte, la vieille personne, le fils, le père, les sœurs.


Portraits en plus : Céline, la chambre d'Éliette, la chambre des parents, les filles, Valérie. Valérie est la fille aînée d'Éliette, et après l'AVC, elle décide que la responsabilité de la famille lui revient. Elle a besoin de tout contrôler.


Quelques lignes sur les filles d'Éliette.


Céline est triste, elle a l'impression que sa mère est morte. Céline à honte, elle voudrait fuir et ne plus retourner dans cette maison. Céline est en colère, elle en veut à sa mère de l'avoir abandonner, même si elle sait que c'est ridicule.


Céline avait besoin de sa mère. Les filles d'Éliette pleurent quand personne ne les regardent.


Mise en ordre des portraits, relecture.


Eux ce sont la vieille personne, la femme et l'homme. C'est l'homme qui a l'idée de vivre comme cela. Eux viendrait juste après La maison.


Début dessin sur le vide derrière la porte.


Recherches sur la cuisine.


Recherches sur la cuisine. La cuisine est une grande pièce. Explications sur le choix du mot cuisine pour désigner cette pièce.


L'homme et la femme logent dans la chambre des parents.


Les meublent sont partis dans la chambre d'Éliette au rez-de-chaussé.


Le mobilier restant : le lit et la bibliothèque. Dessin du vide derrière la porte et dessin du lit.


L'homme et la femme ont emmené leurs meubles dans la chambre, cela la rend plus familière, mais ce n'est pas leur chambre.


Ils dorment là, mais ils ont conscience qu'ils ne sont pas chez eux, et qu'on ne veux pas d'eux.


Idée pour l'organisation du livre, entre les portraits et les contes.


Début du conte de l'homme. Il est dans un hôtel et a du mal à dormir. Il est hanté par le souvenir de la maison. Il raconte un événement qui s'est passé un soir de printemps.


Mathias réfléchit sur la sanité de son esprit. Ébauche de texte, Mathias aime la routine, elle le rassure.


Premier souvenir. Sa vie est stable et il aime ça. Il se demande si il va perdre son travail. La voiture tombe en panne mais il fait beau.


Réécriture du premier paragraphe pour en inclure un deuxième parlant de la métamorphose de la femme et de la vieille personne. Mathias se pose beaucoup de questions.


Fin du dessin sur le vide derrière la porte.


Relecture et étoffement du début du conte sur l'homme.


Modification d'un pronom.


Réécriture du paragraphe sur la maison.


Construction d'une scène en carton. Début de projet de pièce de théâtre.


Personnages en fils de fer. Le décor est neutre, vide, rien. Écriture du fauteuil. Il est dans un coin, oublié, comme la vieille personne.


Début d'idées de mises en scènes. Des tissus repliés pour figurer les lits, un socle pour le fauteuil.


Début de l'écriture du décors.